Lectures Coups de Coeur 2022 – Sur la Route – EJIL : Parlez !

Edmund De Waal, Le lièvre aux yeux d’ambre : un héritage caché (Random House, 2010).

Sally Merry, Droits humains et violence sexiste : traduire le droit international en justice locale (Presses de l’Université de Chicago, 2006).

Philippe Sands, La dernière colonie : une histoire d’exil, de justice et d’héritage colonial britannique (Weidenfeld et Nicolson, 2022).

Elif Shafak, L’île aux arbres disparus (Bloomsbury, 2021).

chelsea watego, Un autre jour dans la colonie (Presses de l’Université du Queensland, 2021).

Comme les années précédentes, la section Review d’EJIL a invité de courtes réflexions sur leurs livres préférés de l’année. Aucune règle stricte ne s’applique – les messages sont destinés à présenter des livres qui ont laissé une impression, quel que soit leur genre. Aujourd’hui, nous avons des sélections d’Emma Nyhan. Vous pouvez lire tous les articles de cette série ici.

Lors de la compilation d’une liste, il y a généralement un processus de sélection. Lors de la rédaction de mes lectures préférées pour 2022, j’ai remarqué qu’un livre avait été acheté, un autre emprunté et trois doués. En recevant un livre, nous en apprenons non seulement plus sur le monde des idées et le pouvoir des mots, mais nous voyons aussi comment nous sommes perçus par les autres. J’ai également noté sur la route de cette année – que ce soit dans ma ville natale d’Arklow, Canberra, Lisbonne ou San Francisco – les livres bougent avec et parfois en nous. Ces remarques introspectives informent et colorent ce qui suit.

La dernière colonie : une histoire d’exil, de justice et d’héritage colonial britannique de Philippe Sands était le seul livre à être acheté – en partie pour des raisons utilitaires (pour mon prochain article de journal), en partie parce que l’auteur ne déçoit jamais. On dit de ne pas juger un livre par sa couverture. Et si vous suivez cette logique, vous ne devriez probablement pas juger un livre par son épigraphe. Cela dit, il était facile de devenir accro après avoir lu l’extrait du poème d’Eavan Boland témoin:

Qu’est-ce qu’une colonie

Si ce n’est la brutale vérité

que lorsque nous parlons

les tombes s’ouvrent

Et les morts marchent ?

La plupart d’entre nous ont été du bon ou du mauvais côté du colonialisme à un moment ou à un autre. Les histoires d’injustice coloniale pèsent lourd. Les histoires de justice décoloniale donnent un sentiment de liberté et une raison d’espérer. Les deux histoires sont capturées dans La dernière colonie. La résilience chagossienne est son principe directeur. Comme ceux qui ont parcouru un long chemin vers la liberté, le projet de justice des Chagossiens – retourner d’où ils viennent – les a vus se retrouver devant la Cour internationale de justice. Dans son rôle d’ami des Chagossiens, Sands amplifie leur voix en cours de route, tandis que l’illustrateur Martin Rowson aide le lecteur à imaginer le voyage d’environ 5600 miles entre la maison de Madame Liseby Elysé à Peros Banhos et la Grande Salle de Justice à La Haye. .

Ce livre donne au lecteur le sentiment que le droit international peut avoir une touche humaine sinon une histoire humaine. Le témoin Madame Elysé demande à l’avocat international Sands : « Pourquoi nous a-t-il fallu si longtemps pour venir à La Haye ? (à 8). Sands n’a pas de réponse pour Madame Elysé. Politique mise à part, le lecteur pourrait se demander : pourquoi est-il si difficile de redonner une colonie ? Ce livre ne donne pas non plus de réponse – un point sur lequel revenir en conclusion.

La dernière colonie montre que le droit international et les avocats peuvent faire du bien. Ce qui pourrait surprendre le lecteur, ce sont les détails de la gestion d’une affaire de droit international. Du point de vue du lecteur de fauteuil, porter une affaire devant la Cour mondiale ressemble moins à de la science-fusée qu’à un jeu de serpents et d’échelles. Les suspects habituels du droit international font preuve d’une étonnante capacité à parler avec bon sens et à agir avec pragmatisme. Le regretté James Crawford, et le plus grand avocat plaidant du monde, avait conseillé un sable vert en matière de plaidoiries écrites : « restez simple » (à 118). Crawford a ajouté que le récit devrait être clair, accessible et accompagné d’une feuille de route à suivre par le banc international. En plus d’être un remplisseur de bas approprié pour un avocat international, La dernière colonie est une feuille de route pour faire du droit international et une histoire pour réparer les erreurs judiciaires.

Un autre jour dans la colonie par Chelsea Watego est un travail féroce et sans vergogne et est une lecture difficile pour quiconque prend au sérieux son rôle et son influence dans les projets coloniaux (souvent blancs). Il m’a été offert alors que je résidais temporairement dans la «capitale de la brousse», officiellement connue sous le nom de Canberra ou du pays Ngunnawal et Ngambri. Le titre du livre est « un hashtag […] utilisé sur Twitter pour décrire les types de violence coloniale auxquels les Blackfullas sont soumis chaque jour et partout » (à 8). Watego, une Munanjahli et une insulaire des mers du Sud, partage ses expériences vécues en tant qu’autochtone dans une société non autochtone en Australie. Le regretté historien Patrick Wolfe est célèbre pour avoir dit que le colonialisme est une structure, pas un événement. Je ne pense pas qu’il s’opposerait trop si j’ajoutais que le colonialisme est aussi un état d’esprit. C’est contre cet état d’esprit colonisateur blanc que Chelsea Watego s’oppose, en visant des membres spécifiques de la société, à savoir les femmes blanches avec un complexe de sauveur (voir par exemple, à 173). Le lecteur se sentira probablement déstabilisé. Peut-être qu’une conscience réflexive sera éveillée ou recentrée.

La magie d’un livre, qu’il soit spécialisé ou non, c’est qu’il vous émeut et vous transporte ailleurs. un autre cadeau, Le lièvre aux yeux d’ambre : un siècle d’art et de perte pour une famille par Edmund de Waal est un livre d’autres lieux. C’est aussi un livre de mouvement artistique, littéraire et physique qui voyage d’Odessa à Paris en passant par Vienne, à travers l’Europe à travers le nazisme et le Tokyo d’après-guerre. L’auteur est potier par vocation, il n’est donc pas difficile de l’imaginer fabriquant des pots en céramique le jour et écrivant ses mémoires de famille au petit matin. Si vous avez déjà collectionné des timbres ou des coquillages, ce portrait de famille raconté à travers la collection de 264 netsuke, sculptures japonaises miniatures taillées dans du bois ou de l’ivoire, vous attirera et captivera l’esprit de manière imaginative et tactile. Vers la fin, un de ses voisins demande : « Ne pensez-vous pas que ces netsuke devraient rester au Japon ? De Waal répond non car « les objets ont toujours été transportés, vendus, troqués, volés, récupérés et perdus. Les gens ont toujours offert des cadeaux. C’est la façon dont vous racontez leurs histoires qui compte » (à 348). L’année dernière, j’ai lu Hannah Arendt Les origines du totalitarisme. Repenser à ces livres ferait de bons compagnons de lecture et pourrait même être enseigné ensemble.

Étant la fille d’un forestier, il n’y a rien que j’aime plus quand un arbre est le protagoniste principal d’une histoire. L’île aux arbres disparus d’Elif Shafak est une histoire fictive d’amour et de division dans la Chypre postcoloniale des années 1970 et à Londres dans les années 2010, en partie racontée par un figuier. Le roman est dédié « aux immigrés et aux exilés du monde entier, aux déracinés, aux réenracinés, aux déracinés ». Il est également dédié « aux arbres que nous avons laissés derrière nous, enracinés dans nos mémoires ». Semblable à ce que vous avez ressenti en regardant le documentaire Netflix Ma pieuvre Prof et vous développez un sens inexplicable d’unité avec cette créature marine à huit membres, ce livre allumera une connexion arboricole et une empathie arboricole de l’intérieur. Et comme la pieuvre, le figuier est un professeur extraordinaire. Ce livre ferait un bon compagnon de lecture avec celui d’Irus Braverman Drapeaux plantés : arbres, terres et lois en Israël/Palestineoù, à travers le prisme de la géographie juridique, le pin et l’olivier racontent des histoires de société et de droit dans – ce qui est souvent perçu comme – un conflit perpétuel.

Une note de bas de page avant la fin de ce livre-route. Ce serait négligent de ma part de ne pas faire un clin d’œil au travail d’héritage de Sally Merry Droits de l’homme et violence sexiste : traduire la loi en justice locale, initialement emprunté puis possédé. Ayant 17 ans l’année prochaine, ce livre est à l’aube de l’âge adulte. Cela dit Droits de l’homme et violence sexiste reste pertinente et aide à donner un sens au droit international des droits de l’homme dans le discours et la pratique contemporains. Merry était le donateur ultime, nous présentant à la fois des concepts académiques et des outils méthodologiques, comme la vernacularisation des droits de l’homme ; le traducteur de droits ; le dilemme de la résonance (c’est-à-dire le décalage entre les droits de l’homme sur papier et dans la pratique) ; et une gamme de façons de faire de l’ethnographie juridique, y compris l’ethnographie déterritorialisée.

Ce livre est ce que je pourrais appeler un « auld segotia » en anglais hiberno, ou un bon ami en anglais standard, m’accompagnant partout où je vais et lis sur une base annuelle, mais toujours avec un objectif différent. L’effort de cette année était de trouver une réponse définitive à la question : « si les droits de l’homme sont si imparfaits, pourquoi continuer à les utiliser ? « C’est tout ce que nous avons » est une réponse inapte et creuse. Encore Droits de l’homme et violence sexiste ne donne pas de réponse plus satisfaisante. Mais encore une fois, qu’est-ce qui est mieux : un livre qui a toutes les réponses ou qui interroge le lecteur ?

Références supplémentaires

Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme (Harcourt, Brace and Company, 1951).

Eavan Boland, A Poètes Dublin (Carcanet Press, 2014).

Irus Bravermann, Drapeaux plantés : arbres, terres et lois en Israël/Palestine (Cambridge University Press, 2009).

Pippa Ehrlich et James Reed, Mon professeur de poulpe (Netflix, 4 septembre 2020)

Patrick Wolfe, «Le colonialisme des colons et l’élimination des autochtones», (2006) 8 (4) Journal de recherche sur le génocide 387